Environnement - Ong Ndem

ONG des villageois de NDEM
ONG
ONG des villageois de Ndem
Des villageois de NDEM
Des villageois de NDEM
Aller au contenu

Nos Actions


Nos secteurs

Environnement

L’Ong des villageois de Ndem en train de réaliser un projet hydraulique (forage, installation photovoltaïque, adduction d’eau, château d’eau et bassins de rétention à Mbacké Kadior dans le cadre d’un grand projet agro écologique

L'eau

L’accès à l’eau est la préoccupation première de l’ONG des villageois de Ndem.

Après le premier forage de Ndem, réalisé depuis 22 ans et alimenté maintenant au solaire, un second forage a été réalisé grâce aux financements de la Mairie de Rodez et à l’agence des eaux d’Adour et Garonne en  2014. ainsi qu’un nouveau château d’eau en 2018/2019, permettant d’élargir le réseau d’adduction d’eau à des villages n’ayant pas encore l’accès à l’eau potable, l’ouvrage est actuellement en finalisation.

En effet, dans un contexte de sécheresse chronique, la problématique de l'eau est de fait, prioritaire voire vitale, et constitue un symbole de renaissance pour un village. Le puisage manuel est une activité éreintante pour les femmes et qui ne permet de tirer qu'une faible quantité d’eau, pourvoyant seulement aux besoins de survie. Aussi, les quantités d’eau venant des puits ne permettent ni cultures maraîchères, ni reboisement, ni élevage intensif. Et sur le plan sanitaire, les maladies et épidémies engendrées par l'insalubrité de l'eau sont trop fréquentes.
Les différentes réalisations :


Forage de Ndem


En 1996, un premier forage, un château d’eau de 30 m3 et un réseau d’adduction d’eau ont pu être réalisés à Ndem avec l’appui de l’ONG Genève Tiers monde, la Ville de Cherbourg et l’Association Solidarité Ndem-Genève. Ce  forage  au  faible  débit  de  6m3/h,  permet    d'alimenter  le  village  de Ndem    et  ses  infrastructures,  plus  2  autres  villages  voisins  (Ndiawe  et Mbodiène).
Dans un souci de responsabilisation et de durabilité des infrastructures, Ndem a immédiatement organisé l'exploitation du forage autour d'un comité local de gestion de l'eau. On peut estimer que le réseau d'eau alimente environ 700 personnes sur les 3 villages. D'autre part, plusieurs villages alentours viennent chercher de l'eau régulièrement avec des charrettes, ainsi que plusieurs familles de transhumants. Malgré sa bonne qualité, l'eau stockée dans la nappe (qui s´amoindrit) reste insuffisante.

En 2014, un second forage a été creusé grâce à la Mairie de Rodez et à l’agence des eaux d’Adôur et Garonne , ainsi qu’un nouveau château d’eau, permettant d’élargir le réseau d’adduction d’eau à des villages n’ayant pas encore l’accès à l’eau potable.

Forage de Ngaga Serer


En 2007, FIDA, Fond International de Développement Agricole, a permis de réaliser un forage au sud de Ndem, dans le village de Ngaga Serer. Le réseau d’adduction d’eau pour les 12 villages périphériques a été financé par la ville de Malakoff France, l’ONG Eaux Vives, la communauté rurale de Ngogom.
Ce forage, dispose miraculeusement d’un débit 3 fois supérieur à celui de Ndem, et a permis l’installation d’un nouveau périmètre de maraîchage biologique communautaire d’un hectare à Ngaga Serer. Le fonctionnement du forage est assuré par les populations concernées, au sein d’un comité appuyé par l’ONG de Ndem et Asufor, organisme d'état.

Bassin de récupération


L'ONG, avec l'aide de l'ONG Défi Belgique Afrique, a créé dans le périmètre maraîcher de Ndem, 3 bassins de récupération à travers des gouttières provenant des toits les plus proches.
Ceci présente un grand intérêt pour des projets d’extension de l’activité maraîchère et d’élevage... Il en faudrait d'autres : ceux-ci pourraient être soit artificiels, soit creusés dans des marigots d’argile déjà existants.  La récupération des eaux de pluie, à travers la mise en place de gouttières et de bassins de stockage, présente également un grand intérêt, vu l'abondance de l'eau lorsqu'il pleut et son absence totale durant le reste de l'année.

Projets en recherche de partenaires


L’Ong des villageois de Ndem en train de réaliser un projet hydraulique (forage, installation photovoltaïque, adduction d’eau, château d’eau et bassins de rétention à Mbacké Kadior dans le cadre d’un grand projet agro écologique.

L'objectif est d'équiper ces forages existants d’installations solaires, gagnant ainsi en autonomie d’énergie et évitant le gaspillage de matériel causé par les très nombreuses pannes de courant fréquentes et inattendues.
Un projet de pisciculture dans un des bassins est à l’étude ainsi que la création d'une station expérimentale de recyclage des eaux usées domestiques afin de promouvoir une meilleure hygiène et disposer d'eau d'arrosage supplémentaire pour l'agriculture (ex: champs de coton bio, reboisement, maraîchage...).

Agroécologie


L'agro-écologie est une approche holistique qui apporte des solutions aux problèmes sociaux, économiques et écologiques à travers le lien de l'être humain à la nature.
Au Sénégal, la grande sécheresse du dernier siècle, les mauvaises pratiques de monoculture d'arachide imposés par la colonisation, l'introduction d’agrochimie par les industries multinationales et la surexploitation des ressources naturelles (bois, charbon, surpaturage) par une population appauvrie ont durement éprouvé l'agriculture traditionnelle, que l'acculturation et l'exode rural d'aujourd'hui continuent a marginaliser.
Attirés par les promesses-mirages de Dakar et des pays de l'Europe et plus largement de l' « ouest », les jeunes hommes surtout quittent les campagnes qui les faisaient vivre et qu'ils faisaient vivre pour s'entasser en individus déracinés dans les ghettos surpeuplés des capitales.
L'effondrement de la souveraineté alimentaire locale est une brèche ouverte aux multinationales pour inonder le marché de produits de mauvaise qualité et souvent carrément nocifs pour la santé, et pour s'accaparer des terres pour des exploitations industrielles à but d'exportation ou des projets de lotissement et de construction.  
Pour inverser cette spirale d'appauvrissement, de désertification écologique, économique et sociale, il s'agit donc de trouver des perspectives de (sur)vie dans les campagnes, pour soigner les plaies matérielles et spirituelles de leurs habitants et de leurs écosystèmes.  
Dans cette perspective, l'ONG de Ndem a mis en place diverses activités. Allez sur la page

Energies Renouvelables


le boulet s’appelle «  yaakaar »
Si les conditions climatiques peuvent expliquer en grande partie les phénomènes de sécheresse, le déboisement a une responsabilité évidente dans le phénomène de désertification. Ainsi dès le début, l'ONG de Ndem a promu de manière très concrète le reboisement en replantant des essences d'arbres dans toutes les structures du projet, et en sensibilisant les populations avec des pépinières et distribution d'arbres. Le problème de déboisement réside aussi dans le besoin domestique en bois des populations locales.

Aussi s'appuyant sur la production majeure de la région, les arachides, l'ONG a initié la fabrication de boulets mélangeant les coques d'arachides et l'argile. Suite à une série de tests empiriques, l'équipe est parvenue, en collaboration avec le centre de recherches d'agronomie tropicales Gembloux en Wallonie Belgique, à produire des boulets substituables avantageusement au bois de chauffe.
Ces boulets Bioterre permettent de remplacer le bois pour un prix largement inférieur (75 FCFA le kilo contre 200 FCFA le kilo de bois). De plus, à quantité égale, les combustibles Bioterre ont un rendement environ 1,5 fois supérieur au bois.

Le projet a également entamé la production de fourneaux adaptés à ce combustible (fabriqués à l’atelier métal) et après une campagne de sensibilisation et de formation, l'ONG de Ndem a démarré la commercialisation des boulets bio terre. Les bénéfices sont multiples : création d'emplois, alternative intéressante au bois de chauffe (et donc réduction du déboisement), réduction de la pauvreté en donnant l'accès à une énergie moins chère.
Actuellement, les ateliers de teintures du centre des métiers, la cantine, les cérémonies villageoises, de nombreux regroupements féminins et deux autres communautés rurales utilisent les grands fourneaux et les combustibles Bioterre pour la cuisine des collectivités.  La boulangerie utilise la bûchette Bioterre, spécialement créée pour s’adapter aux besoins de son four d’argile et de briques réfractaires.


Un endroit de séchage et de stockage étanche pour la période des pluies vient d’être construit en 2013 grâce au soutien des ONG DBA et ASRADEC
Malheureusement, certains éléments manquent à la structure ou posent problèmes :

Problèmes mécaniques et des difficultés pour assurer un production constante (soit on produit beaucoup en période sèche, soit on a du matériel pour permettre le séchage en saison d'hivernage)
Un fond de roulement pour le marketing et un meilleur lancement du produit via une stratégie de sensibilisation
Un camion pour permettre la livraison constante et sure
Une formation des équipes en gestion, à l'utilisation d'Internet etc…

Quelques moyens pour finaliser un processus de carbonisation favorisant la vente en milieu urbain car éliminant totalement la fumée qui se dégage à l'allumage
L’ONG de Ndem reste très optimiste quant à cette unité de production Bioterre, en tant que vitrine d'un combustible alternatif, apportant des réponses aux questions environnementales de l'époque.

Installation Photovoltaïques

L’association 'Panneaux Solidaires' a réalisé une installation photovoltaïque de haute qualité au centre des métiers pour alimenter les machines du centre de l'ONG, le centre de formation et les machines mélangeuses du bio terre.
L’avantage de l’installation est qu'on peut lire les données d'ensoleillement par internet. Aussi, il existe un partenariat avec le département d'énergie renouvelable de l'université de Bambey et ses élèves.
L'objectif est d'assurer un courant de qualité en terme de continuité et d’autonomie d’énergie (bien meilleur que le courant traditionnel) à tous les bâtiments du centre et de l'ONG.

Président           Serigne Babacar MBOW
Coordinatrice    Sokhna Aissa MBOW  
Tél:                      +221 77 744 57 24
Réseaux sociaux
Ce site (ndem.org) est  proposé en différents langages web (HTML, HTML5, Javascript, CSS, etc…)  pour un meilleur confort d’utilisation et un graphisme plus agréable,  nous vous recommandons de recourir à des navigateurs modernes comme  Internet explorer, Safari, Firefox, Google Chrome, etc…
ONG des villageois de NDEM
Retourner au contenu