Nos Actions‎ > ‎

Eau


L’accès à l’eau est la préoccupation première de l’ONG des villageois de Ndem.

En effet, dans un contexte de sécheresse chronique, la problématique de l'eau est de fait, prioritaire voire vitale, et constitue un symbole de renaissance pour un village. Le puisage manuel est une activité éreintante pour les femmes et qui ne permet de tirer qu'une faible quantité d’eau, pourvoyant seulement aux besoins de survie. Aussi, les quantités d’eau venant des puits ne permettent ni cultures maraîchères, ni reboisement, ni élevage intensif. Et sur le plan sanitaire, les maladies et épidémies engendrées par l'insalubrité de l'eau sont trop fréquentes.

Forage de Ndem

En 1996, un premier forage, un château d’eau de 30 m3 et un réseau d’adduction d’eau ont pu être réalisés à Ndem avec l’appui de l’ONG Genève Tiers monde, la Ville de Cherbourg et l’Association Solidarité Ndem-Genève. Ce  forage  au  faible  débit  de  6m3/h,  permet    d'alimenter  le  village  de Ndem    et  ses  infrastructures,  plus  2  autres  villages  voisins  (Ndiawe  et Mbodiène).

Dans un souci de responsabilisation et de durabilité des infrastructures, Ndem a immédiatement organisé l'exploitation du forage autour d'un comité local de gestion de l'eau. On peut estimer que le réseau d'eau alimente environ 700 personnes sur les 3 villages. D'autre part, plusieurs villages alentours viennent chercher de l'eau régulièrement avec des charrettes, ainsi que plusieurs familles de transhumants. Malgré sa bonne qualité, l'eau stockée dans la nappe (qui s´amoindrit) reste insuffisante.

Forage de Ngaga Serer

En 2007, FIDA, Fond International de Développement Agricole, a permis de réaliser un forage au sud de Ndem, dans le village de Ngaga Serer. Le réseau d’adduction d’eau pour les 12 villages périphériques a été financé par la ville de Malakoff France, l’ONG Eaux Vives, la communauté rurale de Ngogom.

Ce forage, dispose miraculeusement d’un débit 3 fois supérieur à celui de Ndem, et a permis l’installation d’un nouveau périmètre de maraîchage biologique communautaire d’un hectare à Ngaga Serer. Le fonctionnement du forage est assuré par les populations concernées, au sein d’un comité appuyé par l’ONG de Ndem et Asufor, organisme d'état.

Bassin de récupération

L'ONG, avec l'aide de l'ONG Défi Belgique Afrique, a créé dans le périmètre maraîcher de Ndem, 3 bassins de récupération à travers des gouttières provenant des toits les plus proches.

Ceci présente un grand intérêt pour des projets d’extension de l’activité maraîchère et d’élevage... Il en faudrait d'autres : ceux-ci pourraient être soit artificiels, soit creusés dans des marigots d’argile déjà existants.  La récupération des eaux de pluie, à travers la mise en place de gouttières et de bassins de stockage, présente également un grand intérêt, vu l'abondance de l'eau lorsqu'il pleut et son absence totale durant le reste de l'année.

Forage de Ndiawe

En 2013, la mairie de la ville de Rodez, en partenariat avec la société des eaux d’aour et garonne, a aidé à réaliser un nouveau forage équipé d'une pompe (Pedrollo) de 8m3 de débit qui alimente en eau 5 nouveaux villages et qui permet une meilleure alimentation en eau à Ndem ainsi qu’un réseau d’abduction d’eau de 5 km.

Projets en recherche de partenaires

L'objectif est d'équiper ces forages existants d’installations solaires, gagnant ainsi en autonomie d’énergie et évitant le gaspillage de matériel causé par les très nombreuses pannes de courant fréquentes et inattendues.

Un projet de pisciculture dans un des bassins est à l’étude ainsi que la création d'une station expérimentale de recyclage des eaux usées domestiques afin de promouvoir une meilleure hygiène et disposer d'eau d'arrosage supplémentaire pour l'agriculture (ex: champs de coton bio, reboisement, maraîchage...).